Besoin de performance pour vos bases Oracle ? Pensez Direct NFS…

Pour ceux qui connaissent NetApp depuis plus d’une décennie, ils se souviendront sans doute que les premières solutions NetApp (utilisant déjà Data ONTAP) servaient principalement du NAS, du NFS pour beaucoup.

 

Très vite, la souplesse de NFS conjuguée à celle de NetApp, s’est imposée chez beaucoup clients souhaitant une flexibilité maximum pour leurs environnements base de donnée et désireux de réduire leurs coûts d’infrastructure. NFS apporte effectivement son lot d’avantages que je ne détaillerai pas ici, ce n’est pas le sujet du jour , même si on peut citer la provision, la réduction et l’agrandissement instantanés de stockage et l’absence de matrice d’interopérabilité complexe.

 

Bien qu’avec une solution NetApp – NFS, les performances soient au rendez-vous, nous pouvons noter quelques inconvénients pour une utilisation base de donnée Oracle :

  • Suivant les OS, on peut observer une disparité des performances du client NFS (c’est de moins en moins vrai)
  • Il est nécessaire de mettre les options de montages adéquates pour garantir de bonnes performances Oracle
  • NFS utilise plus de couches logicielles que FC et « l'overhead » devient plus significatif avec l’arrivée du 10Gb.

 

Afin de s’affranchir de ces contraintes, la collaboration d'Oracle et NetApp a créé dNFS (Direct NFS), désormais inclus depuis les versions 11g d’Oracle RDBMS. Le moteur Oracle gère directement les accès NFS de façon bien plus performante et homogène selon les plateformes, même sous MS Windows (Si, si…!)

 

Plus d'option de montage NFS particulière, dNFS gère tout, tout seul ! « Direct I/O » et « Asynchronous I/O » sont utilisés par défaut. Concernant les performances, les gains sont impressionnants. Tout d’abord, dNFS n’utilise pas qu’une seule connexion TCP mais autant que de processus Oracle, par interface réseau pour un parallélisme maximum.

Plus besoin de se compliquer la vie avec des agrégations d’interface Ethernet, dNFS se charge du « failover » ainsi que de la répartition de charge de façon bien plus homogène qu’un client NFS standard. Pas de tuning non plus, les performances sont tout de suite optimums !

 

Et même s'il est toujours délicat de comparer les protocoles Ethernet avec FC (les bandes passantes ne sont pas les mêmes), dNFS donne des résultats très similaires :

 

Les Benchs OLTP montrent même un avantage pour dNFS avec 4x1GbE face à 2x4Gb FC !

 

Alors, si vous recherchez de la flexibilté, réduire vos coûts d’infrastructure, vous simplifier la vie sans sacrifier les performances, pensez NFS, pensez NetApp, pensez dNFS !

 

Pour les FASBl@ggers, MRO