Community

Petite histoire du Flash chez NetApp 2/3 : les baies hybrides

...Suite de la petite histoire du Flash chez NetApp avec le stockage hybride, introduit il y 5 ans.

 

Dans nos gamme FAS comme E-series, il est désormais très courant d'accélérer les performances des disques durs en y ajoutant une petite dose de mémoire Flash. Celle-ci reste encore relativement coûteuse, mais souvent, à performance égale, une solution hybride s'avère plus économique qu'une solution basée uniquement sur des disques durs. Aussi bien en CAPEX (acquisition) qu'en OPEX (gains de place, de consommation électrique, ...).

  
Un disque dur SAS à 15000 tours supporte environ 200 opérations de lectures à 20 ms de latence, alors qu'un disque SSD, peut en supporter plusieurs milliers à environ 1 ms de latence.

Le choix d'architecture de NetApp a été de privilégier une stratégie de caching optimisé (VST), à une stratégie d´auto-tiering, plus complexe à régler. Que ce soit sous forme de cartes FlashCache, introduite en 2009, de pool de disques hybrides FlashPool ou SSD cache, introduits en 2011, l'idée est simplement d'étendre le cache RAM de la baie de disques, très rapide (de l'ordre de la nanoseconde), mais aussi très coûteux, par un cache Flash plus économique, plus lent que la RAM, mais environ 100 fois plus rapide que les disques durs (sous la milliseconde). Les contrôleurs NetApp de la gamme FAS actuelle disposent d'une mémoire centrale RAM allant de 8 à 256 Go selon le modèle. Ils peuvent être, selon le modèle, munis de 800 Go à 8 To (!!) de mémoire Flash à usage de cache "intelligent"... "Intelligent" ? Oui car il n' s'agit pas d'un simple cache additionnel en mode FIFO : il est utilisé avec des algorithmes de filtrage optimisés (par exemple, en FlashPool, les données sont cachées ou vidées selon leur "température" d'accès).

 

L'usage d'une dose modérée de Flash comme cache permet donc de faire atteindre plus rapidement les performances maximales d'un contrôleur NetApp, en utilisant moins d'axes (de disques durs), ou en remplaçant des disque durs rapides (SAS) par des disques capacitifs (SATA ou NL-SAS), plus économiques et économes (électricité, place). En effet, très souvent, le jeu de données actif à un instant donné ne tient pas dans un cache RAM, mais il devient possible de le faire tenir dans un cache Flash. Et ce processus est complètement au-to-ma-tique : une fois activé, il n’y a rien à régler avec les systèmes hybrides NetApp !

 

Cerise sur le gâteau, les solutions d'accélération Flash de NetApp fonctionnent avec les autres fonctionnalités avancées de l'OS (p.e. le thin provisionning, la déduplication, etc...). Tout marche avec tout ! Pas besoin de faire de compromis entre le Flash et l'efficacité.

 

Résultat : chaque mois, NetApp fournit environ 2 Po de mémoire Flash dans des solutions hybrides FAS ou E-series. De plus en plus denses, puisque les dernières cartes FlashCache les plus capacitives sont de 2 To. Les SSD ne sont pas reste avec une taille de 800 Go et même prochainement de 1.6 To. Si l'on cherche à optimiser le prix au Go, en assurant en même temps de solides performances, c'est vers ce genre de solutions hybrides qu'il faut se tourner aujourd'hui. A privilégier pour les consolidations, les environnements partagés, socle de clouds privés ou publics.

 

Dans un 3ème billet, j’aborderai les solutions 100% Flash de NetApp !

 

Pour les FAS Bl@ggers : CVA